Sentimancho Sentimancho sur Google+
Le Tuesday 28 February 2012, par Sentimancho

J'aime gagner les courses


"Crouiiic crr criiiic"
Sentimancho est le roi sur le glaciodrome mais dès lors qu'il faut s'exprimer, il ne faut plus compter sur lui ! Heureusement, votre reporter favori va traduire pour vous les moindres paroles de notre manchot favori. Ci-dessous sa première interview, obtenue deux semaines après l'arrivée de notre équipe dans nos nouveaux locaux de Nuuk.

Suite à un commentaire plutôt acerbe de Horatio NELSON à la fin d'une course que Sentimancho venait de remporter haut la main, je lui posai la question suivante : "Comment réussissez vous encore, avec toutes ces victoires à votre actif, à trouver la motivation nécessaire pour monter sur le podium ?"
Sentimancho, dont j'ignorais pas les réactions plutôt outrancières, me répondit avec fougue qu'un vrai manchot ne se laisse jamais (ne laissez jamais un oiseau, encore moins un manchot, vous crier "jamais" dans les oreilles dans sa langue natale ou malheur à vos tympans) marcher sur les pieds, surtout pas par ses congénères. Et se faire distancer sur la piste du glaciodrome fait partie des affronts qu'il ne souhaite jamais subir.
Par ailleurs, et il se calma un peu en poursuivant, arriver en tête au dernier poteau est particulièrement grisant. Un de ses anciens entraineurs a en effet découvert que le cerveau de certains manchots aurait subi une mutation suite à certains traumatismes subis lors de la jeunesse de l'oiseau, délivrant ainsi dans tout l'organisme une hormone chimiquement semblable à l'EPO, ce qui décuple les capacités physiques de l'individu. Sentimancho serait l'un des rares à bénéficier de cette mutation, qu'il a mise au service des courses.
"J'adore gagner les courses", conclut-il laconiquement, me faisant signe d'une aile que l'interview était terminée et que j'avais tout intérêt à le laisser tranquille, lui et son bec pointu.

Cette première interview de Sentimancho fut donc plutôt brève ; mais notre équipe n'a pas prévu de quitter le Groenland avant l'hiver, je trouverai donc certainement d'autres occasions d'approcher l'oiseau rare. En attendant, rendez-vous au glacier le plus proche pour poser vos paris pour la course de demain : le favori est toujours le même et il risque une nouvelle fois de rapporter gros !